23.9.–10.12.2023

Les Dépossédés

Elika Hedayat
Adresse
105, avenue du 12 février 1934, 92240 Malakoff Map
Öffnungszeiten
Mi–Fr 12–18 Uhr, Sa/So 14–18 Uhr

Le titre de l’exposition d’Elika Hedayat Les Depossédés, est emprunté au livre éponyme de l’écrivaine américaine de science-fiction Ursula K. Le Guin, considérée aujourd’hui comme une des figures influentes de la littérature aux États-Unis. S’intéressant à la question éthique et spirituelle de l’altérité et la prise en compte du regard de l’autre, Ursula K. Le Guin aborde des sujets de préoccupation actuels comme la mise à l’épreuve du lien social, le binarisme de genre, le féminisme, l’homme dans le règne du vivant, les menaces écologiques, la colonisation, l’expansion ou la disparition des espèces humaines.

C’est avec les mêmes interrogations et le même sentiment d’être dépossédée qu’Elika Hedayat a construit ce projet d’exposition pluridisciplinaire, à travers la représentation d’un monde imaginaire et chaotique, traversé par son propre vécu. Un travail d’une profonde et forte unité où l’artiste privilégie l’évidence muette de ses dessins, de ses peintures et de ses fresques in situ pour accomplir là une œuvre d’autant plus éloquente qu’elle oblige le regardeur à s’attarder sur la pertinence du propos.
Se libérant de toute conception décorative ou ornementale, Elika Hedayat montre un univers inspiré de faits réels allant de la révolte du peuple iranien à la chapelle des arbres à loques dans un village en France, passant aussi par des préoccupations contemporaines universelles marquant notre époque comme l’écologie et l’identité du genre.

Ses personnages – humain et animal – les sites, les villes sont tous objets d’évasion. Ses figures – multiples et pourtant familières entre elles - ne semblent tenir qu’à un fil : celui de la volonté d’expliquer le monde. L’ensemble de la série Les dépossédés représente à la fois la liberté perdue et le risque à vouloir la reconquérir.
Avec d’autres médiums - fresque, dessin, animation, vidéo - l’artiste met en espace des personnages et des signes hors de tous les itinéraires, de toutes les limitations inhérentes à nos sociétés actuelles.
Elle joue d’une authentique insubordination à l’ordre établi pour faire avancer sa réalité picturale dans le domaine de la poésie. Elle fait appel en permanence dans ses œuvres aux forces de rupture que souvent nous avons oublié : l’émotion, l’imagination, le désir du bonheur et celui d’en payer le prix. C’est une humanité presque sans visage qui existe. L’espace absorbe les êtres et les choses, on pourrait parler de réification s’il n’y avait dans le travail de l’artiste un sens du tragique qui, par-delà des choses, concerne très évidement l’humain.

Et curieusement cet art de la violence par le sujet devient en même temps un art de contemplation, de pénétration, d’intériorisation par glissement constant qui se fait entre les sujets abordés.
Avec ce nouveau travail, Elika Hedayat affirme son statut d’artiste indépendante – rétive à toute espèce de pression ou d’embrigadement. Solaire, parfois jugé solitaire, elle a acquis, par fidélité à soi, à ses origines, à sa qualité d’exilée et, de fait, à sa double culture mais aussi par le travail et par une austérité farouche qui lui est propre, un véritable sens de l’universel. Elle est une de ces créatrices uniques qui, avec ses images, fait avancer la réflexion dans le domaine des rapports de l’art avec la réalité sociale tout en conservant une authentique et courageuse rébellion graphique, hors de tout sentier battu.

Vernissage:
samedi 23 septembre 2023, de 16h à 19h